Le RAKU, comment ça marche ?

RAKU veut dire « le bonheur dans  le hasard »…  Quel beau programme en perspective !

Cette technique de cuisson d’origine asiatique, passionnante et intense, consiste à provoquer un choc thermique des pièces à leur sortie du four à gaz (960°), faisant craqueler l’émail en surface.

Le défournement est immédiatement suivi d’un enfumage à base de sciure et de copeaux de bois qui prennent feu en quelques secondes, permettant ainsi aux craquelures et aux parties non émaillées de noircir grâce à la fumée dégagée par la combustion.

Cuisson RAKU. Stage de raku. Atelier de poterie

Le dessin obtenu par cette technique si particulière ne se découvre que plus tard, lorsque les pièces sont nettoyées (avec beaucoup d’huile de coude !) des cendres qui les enveloppent. Les surprises sont souvent étonnantes car les craquelures se font de manière totalement aléatoire (rappelez-vous… « le bonheur dans le hasard »…) et certains émaux de couleur rendent des effets métalliques dont l’éclat et les nuances sont des plus surprenants ! Chaque pièce est unique au monde ! Même si je refais 10 fois, 20 fois, la même forme, je n’obtiendrai jamais les mêmes craquelures ; c’est là toute la singularité de cette cuisson et donc son intérêt : surprise, surprise !!!  Et que vous dire du raku nocturne où le défournement se fait à la nuit tombée… le spectacle est absolument fascinant !!!